1

La gemmothérapie, et les maladies de civilisation  (partie 3)

je vous présente 5 bourgeons très utiles pour les maladies dites de civilisation

Dans cette dernière partie du développement sur la gemmothérapie, je vous présente 5 bourgeons très utiles pour les maladies dites de civilisation, à savoir les problèmes de rhumatismes comme l’arthrose, l’engorgement du foie, les déficiences immunitaires (très importantes à régler en cette période difficile) …

Vous trouverez des informations sur le rosier sauvage ou églantier, le romarin, la vigne, le pin des montagnes et la ronce.

Le rosier sauvage ou églantier (rosa canina)

Fleur sacrée de la poésie et de la mythologie, elle symbolise l’amour et la beauté.

Arbuste symbolique particulièrement connu pour ses fruits riches en vitamine C, le cynorhodon et ses fleurs dont on cultive les différentes variétés pour l’ornement et les parfums mais aussi la rose de Damas dont les pétales, distillés en huile essentielle très efficace pour la sphère ORL et pulmonaire.

Propriétés :

Le rosa canina est surtout recommandé comme remède de la sphère ORL tant pour les affections chroniques ou aigües telles que les rhinites, otites, rhino-pharyngites … Il agit sur les terrains carencés, anémiés et déminéralisés.

Idéal pour augmenter efficacement l’immunité de toutes personnes sujettes aux problèmes ORL à répétition et s’accompagnant d’inflammation durant la période hivernale et notamment les enfants (même petits sans contre-indications) : otites, rhinites, amygdalites, différents virus …

Il favorise également la calcification de leurs os.

Particularité :

Il agit sur la gonarthrose (l’arthrose du genou) dont il améliore les problèmes liés au liquide synovial de l’articulation provoquant de l’inflammation. Je l’associerais avec la ronce (voir ci-dessous).

Subtil :

Capacité avec Rosa canina de s’ouvrir à soi et aux autres, de se protéger de son environnement et de prendre conscience des blocages du passé pour s’en libérer. Elle révèle l’authenticité de l’être.

Le romarin (rosmarinus officinalis)

A l’époque, symbole de bonheur et de gaieté, d’amour et du mariage, il était offert par les jeunes bergers à leur maitresse.

Les jeunes grecs en faisait des colliers qu’ils portaient pendant leurs examens pour stimuler leur mémoire.

Aujourd’hui, le romarin est cultivé en tant que condiment, notamment pour les plats méditerranéens et pour en faire de l’huile essentielle très prisée pour la protection et la régénération du foie. Même en tisane ou en hydrolat, le romarin est efficace pour le foie.

Propriétés :

En effet, le romarin en gemmothérapie est le bourgeons par excellence hépato-protecteur. Le foie est un organe essentiel pour une bonne santé, son rôle étant primordial pour maintenir un bon métabolisme. Il aide en effet à la régulation de la glycémie, la gestion du cholestérol et l’élimination des déchets du catabolisme (processus de dégradation des composés organiques).

  • Il régénère la cellule hépatique et augmente la sécrétion de la bile.
  • Il aide grandement lors de lithiases biliaires.
  • Au niveau sanguin, il piège les radicaux libres.
  • Il est détoxifiant.
  • Il stimule le système nerveux, améliore la mémoire, la fatigue et la dépression.
  • Il rebooste en cas d’hypotension.
  • Il agit sur les surrénales en tant que tonique.
Subtil :
  • Symbole de la résistance aux difficultés de la Vie.
  • Il atténue les colères.
  • Il remet de la confiance en soi et aide à s’ancrer dans la matière lorsqu’on est trop dans le spirituel.

 

La vigne (vitis vinifera)

Dans différentes civilisations anciennes, on retrouve la vigne comme représentation de l’Arbre de Vie, arbre cosmique.

Chez les chrétiens, la vigne et le vin sont des symboles de joie, de sagesse et le symbole du christ pour le sang versé.

Elle est également un signe d’immortalité et un symbole de jeunesse et de vie éternelle.

Propriétés :

En gemmo, elle est une grande anti-inflammatoire utilisée à bon escient pour de nombreuses pathologies inflammatoires.

Au point de vue articulaire : arthrite, arthrose, becs de perroquets et toute déformation des articulations (avec la vigne vierge en alternance) et la maladie de Dupuytren.

Au point de vue des inflammations chroniques : maladie de Crohn, dermite, verrues, acné, hémorroïdes, phlébites …

Subtil :

Elle conduit à la sagesse et à la quête de notre vérité surtout pour les personnes d’âge mûr.

Le pin des montagnes (pinus montana)

Le pin est un arbre très rustique et peu exigeant quant à la qualité du sol sur lequel il croit. Il semble étonnement « ne vivre de rien ». C’est une essence lumineuse, porteuse de vie dont la longévité peut battre tous les records sylvestres. Il arrive à croître là où aucune autre essence sauf le bouleau le peut.

Symbole de lumière, il ne pousse pas « entassé » au milieu d’autres arbres et ira même jusqu’à s’installer avec hardiesse au-dessus de sommets escarpés.

Les bourgeons de pin viennent d’une essence qui pousse dans les montagnes, le pin montana ou pin à crochets.  Cette espèce est particulièrement efficace pour les articulations, les cartilages et les os.

Propriétés :

On l’utilisera contre l’ostéoporose mais également pour les os fragiles et les fractures (en prévention si possible).

En cas de fracture, il consolidera les os.

Le pin montana est un grand remède contre l’arthose (à prendre le plus tôt possible) car il stimule les chondrocytes, principaux problèmes en cas d’arthrose. Ce qui a pour effet de combattre l’usure du cartilage.

Il aide lors d’une inflammation douloureuse des tendons et des ligaments (je l’associerais dans ce cas à l’huile essentielle de gaulthérie couchée pour les tendons et à l’huile essentielle de Palo Santo pour les ligaments).

Subtil :

Une articulation rouille si elle n’est pas régulièrement en mouvement. Le pin aidera de même pour tout mouvement corporel interne.

Le pin est « lumière et vitalité ». Il restaure la vie en nous et réveille notre lumière intérieure. Grâce au pin, il reste toujours une étincelle de vie en nous.

Il donne également de la clarté d’esprit pour prendre les décisions justes.

La ronce (rubus fructicosus)

Plante grimpante ou rampante, envahissante, la ronce s’installe sur des sols engorgés en matière organique en lisière de forêts, dans les haies sauvages des campagnes, dans les friches agricoles, les chemins forestiers … Elle restaure comme l’aulne tous les terrains dégradés. Elle sera donc de sortie pour les pathologies qui ne présentent plus d’espoir.

Propriétés :

Le bourgeon de ronce a une action reminéralisante et anti-inflammatoire sur tous les rhumatismes dont l’arthose (surtout du genou), l’ostéoporose et les fractures.

Il régénère les os car il fixe le calcium et les cartilages surtout associé au bourgeon de pin des montagnes.

Active sur la sphère pulmonaire, elle sera aussi une grande tonique respiratoire, antiseptique et émolliente (qui relâche les tissus organiques), et indiquée contre la bronchite chronique et l’emphysème.

De par son léger effet oestrogénique, on la choisit aussi contre les fibromes utérins ou les kystes mammaires et les soucis hormonaux comme la ménopause.

Il favorise également l’oxygénation des tissus, ce qui dynamise l’organisme.

Spécificité de la ronce : elle est la plante du 3ème âge car elle agit efficacement sur la sénilité.

Subtil :

comme pour le physique, la ronce reconstruit le psychisme.